Evaluation

L’évaluation : étape initiale à tout parcours de réhabilitation psychosociale

Au départ de toute prise en charge de réhabilitation psychosociale, un bilan d’entrée ou une évaluation permet d’aider les individus à identifier leurs capacités et difficultés, d’un point de vue cognitif, du quotidien et de leur autonomie.
Comment se déroule cette phase d’évaluation ? Quels sont les outils utilisés ? Quels sont les objectifs ? Toutes les explicitations sur cette phase initiale à tout parcours de réhabilitation.

Les grands principes de l’évaluation en réhabilitation psychosociale

L’évaluation est une étape préliminaire à tout parcours de réhabilitation psychosociale.

Elle va permettre de mettre en évidence les ressources de la personne, ses difficultés et ses objectifs prioritaires et secondaires

L’évaluation est pluridisciplinaire. Différents professionnels vont s’impliquer dans ce processus : psychiatres, neuropsychologues, psychologues, infirmiers, chargés d’insertion, ergothérapeutes, etc.

Le processus d’évaluation comprend à minima trois évaluations : L’entretien médical, le bilan neuropsychologique et l’évaluation fonctionnelle. D’autres évaluations peuvent être proposées en fonction des besoins et des structures : bilan de cognition sociale, bilan d’ergothérapie, de psychomotricité, d’orthophonie, etc.

L’évaluation est restituée à la personne lors d’une réunion de synthèse.
C’est à partir de cette restitution que sera construit le plan de rétablissement personnalisé.

Les trois évaluations systématiques

Un entretien médical

Le processus d’évaluation démarre toujours par un premier entretien avec un psychiatre, d’une durée d’une heure.

Les objectifs de cet entretien sont :

  • D’analyser la demande, les besoins et le contexte :
    o Pourquoi l’usager souhaite-t’il démarrer une prise en charge en réhabilitation ?
    o Quel est son projet et quelles sont les difficultés qu’il rencontre dans l’aboutissement de ce dernier ?
    o Quel est son parcours de soin ? etc.
  • D’évaluer la présence possible de difficultés cognitives ;
  • D’établir un avis sur l’opportunité d’entrer dans un projet de réhabilitation :
    o La personne souhaite-elle s’engager dans une démarche de réhabilitation ?
    o Cela correspond-il à ses besoins ?

A l’issue de cet entretien médical, si l’indication de prise en charge en réhabilitation psychosociale est maintenue, le psychiatre demandera une évaluation pluridisciplinaire complémentaire, via les différents bilans détaillés ci-après.

Le bilan neuropsychologique

Le bilan neuropsychologique est réalisé avec un neuropsychologue. Celui-ci se déroule sur une durée d’environ 2h30.

Son objectif est de dresser un profil des ressources et difficultés de la personne au niveau cognitif, c’est-à-dire de voir l’impact de la maladie psychique sur le fonctionnement cognitif de la personne :

  • Au niveau de l’attention, la concentration, la mémoire, le raisonnement (fonctions neurocognitives) ;
  • Au niveau du langage, de la communication, des fonctions visuo-spatiales (fonctions cognitives)
  • Au niveau des compétences dans les interactions sociales, c’est-à-dire dans les relations avec les autres (cognition sociale).

Il permet de s’assurer que le projet de la personne (projet social, professionnel ou d’autonomie) est compatible avec son bagage “cognitif". De bonnes capacités de mémoire sont favorables à un projet de formation par exemple (car il faudra retenir et restituer beaucoup d’informations).

Il permet aussi, si besoin, de préparer un programme de “remédiation cognitive”, c’est à dire de mettre en place des solutions pour diminuer les troubles et favoriser la réalisation des projets.

L’évaluation fonctionnelle ou le bilan de vie quotidienne

Le bilan de vie quotidienne ou évaluation fonctionnelle est proposé par un professionnel formé aux outils d’évaluation. Il peut s’agir d’un infirmier, d’un ergothérapeute, d’un psychologue, etc.

Il se déroule sur une durée de 2h et a pour objectif d’évaluer les ressources et, difficultés et objectifs de la personne dans sa vie quotidienne : les domaines où il est satisfait de son fonctionnement, les domaines où il a des difficultés et l’évolution qu’il aimerait mettre en place.

9 domaines sont discutés : lieu de vie, activités, liens sociaux, rythme et hygiène de vie, déplacements, gestion de l’argent, connaissance et gestion des symptômes, compétences spécifiques/projets. Il peut également être complété par une évaluation « en situation », au domicile de la personne.

Ce bilan s’organise autour de différentes étapes : un entretien semi-structuré, le passage de différentes échelles, et des mises en situation potentielles.

La synthèse des restitutions des bilans et la construction du projet de soin individualisé

L’évaluation est restituée à la personne lors d’une réunion de synthèse, associant les professionnels qui ont participé à l’évaluation, et les proches de la personne si elle le souhaite. L’équipe référente est également invitée à y participer. Ce bilan va reprendre les difficultés éventuelles mais surtout les capacités préservées de l’usager dans une optique de rétablissement.

C’est à partir de cette restitution que sera construit le plan de rétablissement personnalisé : celui-ci va dresser les objectifs de la prise en charge de réhabilitation (situation actuelle et objectifs), et les outils de soins qui sont proposés pour les atteindre. Ils sont formalisés dans un projet de soin individualisé ou PSI.

Zoom sur les outils d’évaluation

Autres outils d’évaluation