Rétablissement

Définition :


Le rétablissement ne fait pas référence à une guérison clinique ou à une disparition des symptômes mais à une possibilité de redonner un sens à sa vie à travers des activités et un mode de vie satisfaisant pour la personne.

Quelques définitions données par les usagers illustrent le processus de rétablissement :

« c’est une démarche personnelle et unique, visant à changer l’attitude, les valeurs, les sentiments, les objectifs, les capacités ou/et les rôles de chacun. C’est la façon de vivre une vie satisfaisante et utile, où l’espoir a sa place malgré les limites imposées par la maladie. Pour guérir, le malade doit donner un nouveau sens à sa vie, et passer outre aux effets catastrophiques de la maladie mentale.  » William Anthony.

« Le rétablissement désigne un processus par étapes qui vise à recouvrer un niveau de bien être pour retrouver sa capacité de décider et sa liberté d’agir. Apprendre à mieux se connaître, reconnaître ses troubles et les accepter sont les clés du rétablissement. Ce processus permet à la personne de contribuer à restaurer un équilibre de vie afin de trouver sa place dans la société en construisant un projet qui lui soit adapté. Retrouver un sens à sa vie, c’est aussi mettre en place des activités de loisir, de plaisir ou de travail qui auront pour objectif l’épanouissement de chacun. C’est aussi la possibilité de se dégager du statut de malade psychique et de se reconsidérer comme une personne parmi tant d’autres. [...] Se rétablir c’est l’espoir d’un avenir meilleur ! »
Définition proposée par le comité des usagers du SUR-CL3R


Bref Historique :


Dans le courant des années 1990, des personnes souffrant de troubles psychiques amènent une autre vision de la maladie psychique et reprennent le concept de « recovery » (rétablissement) pour évoquer le parcours qui leur a permis de reprendre une place dans la communauté. A partir des témoignages de Patricia Deegan, William Anthony et des travaux de Larry Davidson, émergent un certain nombre de facteurs favorisant le rétablissement. Peu à peu le soin évolue vers la mise en œuvre de pratiques thérapeutiques orientées rétablissement. C’est notamment le cas des soins de réhabilitation psychosociale qui proposent une prise en charge globale orientée vers le rétablissement des usagers.

Trois facteurs ressortent des analyses du récit de vie des personnes se définissant comme rétablie d’une maladie psychique :

  • Restaurer l’espoir
  • Favoriser l’auto-détermination : possibilité de prendre des décisions pour soi-même, de régler ses propres problèmes et de s’occuper de sa vie et de son avenir.
  • Promouvoir l’inclusion sociale : retrouver une identité positive et s’engager dans la vie sociale

Par ailleurs, le rétablissement n’est pas un concept unitaire et linéaire.

Plusieurs dimensions définissent le rétablissement :

  • dimension clinique : rémission des symptômes
  • dimension fonctionnelle : avoir un travail, des activités, être autonome
  • dimension sociale : avoir un sentiment d’appartenance à un groupe
  • dimension physique : agir pour une bonne santé
  • dimension existentielle : avoir un but, donner un sens à sa vie

Ressources :

http://www.psycom.org/Espace-Presse/Sante-mentale-de-A-a-Z/Retablissement
http://www.douglas.qc.ca/info/retablissement-sante-mentale

Rédactrice : Chloé Duboc, Neuropsychologue au Centre ressource, mise à jour : avril 2018