Cogmobile, un support explicatif du fonctionnement cognitif

Afin de faciliter l’explication du fonctionnement cognitif lors des restitutions de bilans neuropsychologiques notamment, nous vous proposons un nouveau support visuel : la Cogmobile. Celle-ci utilise la métaphore d’une voiture pour expliciter les différents éléments du fonctionnement cognitif, et aborder les difficultés qui peuvent être rencontrées par les personnes accompagnées.

Origine et objectifs de la Cogmobile

La bonne compréhension du fonctionnement cognitif est le point de départ de tout accompagnement en remédiation cognitive. Lors de la restitution du bilan neuropsychologique, au début de la RC, le neuropsychologue ou le thérapeute aura soin de rendre accessible au patient les bases du fonctionnement cognitif en général et du sien en particulier. L’appréhension de ses propres difficultés peut mettre à rude épreuve l’estime de soi du patient. Il s’agit alors pour le neuropsychologue de faire une restitution de bilan réaliste, sans pour autant être négative.

La réflexion autour de la nécessité d’un support visuel et métaphorique a trouvé son origine devant la difficulté de restituer les résultats d’un bilan neuropsychologique aux personnes ayant pas ou peu de connaissance du fonctionnement cognitif et/ou un accès limité à la langue française. Le risque était alors (a) d’accabler la personne, qui aurait le sentiment d’une incapacité généralisée engendrant une chute de l’estime de soi avec une perte de motivation, et donc peu de possibilité de mettre en place un projet ou une prise en charge en RC. Le second risque pourrait être (b) de générer une réaction défensive, de protection de l’estime de soi, par un déni des difficultés cognitives, freinant également la mise en place d’un projet ou d’une prise en charge en RC.

La métaphore symbolisée par la cogmobile a donc pour objectif de démontrer qu’un élément du fonctionnement cognitif peut être défaillant, et générer des dysfonctionnements importants, sans pour autant que l’ensemble de l’appareil cognitif soit inutilisable. La cogmobile peut également être utilisée auprès d’enfants présentant un trouble neurodévelopemental, dans un objectif de psychoéducation, et/ou comme accompagnement dans le cadre de la remédiation cognitive.
{}
Nous proposons ici des lignes de conduite pour la cogmobile, comme elle a été pensée et développée. Chacun est bien sûr libre de s’approprier l’outil et nous encourageons les professionnels à nous expliciter toute initiative originale afin que nous puissions la partager sur le site, sous le nom de son concepteur.

Cet outil est proposé par Marie Dekerle, Laura Bon (neuropsychologues) et Lee Antoine (pair-aidant) au centre ressource.

Les éléments de la cogmobile

L’inhibition, le frein de la cognition

Les freins de la voiture sont bien évidemment indispensables à une conduite en toute sécurité. Ils permettent de diminuer notre allure, et éventuellement de s’arrêter. L’inhibition a exactement le même rôle sur le plan de la cognition. Elle nous permet de stopper une activité en cours, par exemple lorsque le contexte a changé, ou lorsqu’il nous faut réfléchir avant d’agir.

La vitesse de traitement, l’accélérateur de la cognition

L’accélérateur nous permet d’ajuster notre vitesse, pour nous rendre le plus rapidement possible à notre objectif, sans pour autant rouler trop vite ! La vitesse de traitement est la capacité de système cognitif à traiter un certain nombre d’items en un temps donné (comme la voiture parcours des km en une heure). Comme l’accélérateur et le frein, la vitesse de traitement est très liée à l’inhibition, il faut pouvoir l’ajuster pour ne pas aller trop vite et risquer de faire des erreurs.

Flexibilité mentale, le levier de vitesse de la cognition

En voiture, nous adaptons notre allure en fonction de notre environnement. Lorsque la route est dégagée sur l’autoroute, nous roulons bien évidemment plus rapidement qu’un jour de marché sur la place d’un village. Cette capacité à modifier son comportement en fonction du contexte est appelée la flexibilité mentale. En voiture, c’est le levier de vitesse qui permet de se montrer flexible sur la vitesse.

La planification, le volant de la cognition

Dans une voiture, c’est le volant qui nous permet de nous diriger dans une certaine direction, afin de rallier notre objectif. Le volant peut ainsi être comparé à nos capacités de planification. La planification nous permet de nous diriger vers un but, par exemple

L’attention sélective, les phares de la cognition

Tout comme les phares éclairent notre route, l’attention sélective met en lumière les éléments pertinents pour l’action que nous sommes en train de réaliser.

La mémoire, le rétroviseur de la cognition

Le rétroviseur nous permet de voir ce qui est derrière nous en voiture, il peut être vu comme une métaphore de la mémoire. Les éléments du passé se situant symboliquement derrière nous.

Les fonctions visuo-spatiales, le GPS de la cognition

Le GPS nous permet de nous repérer dans l’espace, non seulement de savoir où nous nous trouvons, qu’elle est notre orientation et connaît le chemin à emprunter pour rentrer à la maison. De la même façon, les fonctions visuo-spatiales nous permettent de nous repérer dans l’espace, par exemple, lorsque nous sortons d’un magasin et que nous réfléchissons au côté vers lequel il nous faut nous diriger.

L’intelligence fluide, le moteur de la cognition

Le moteur d’une voiture permet de déterminer l’utilisation qui va en être faite. Un moteur en bon état pourra faire avancer la voiture rapidement, et sur plusieurs centaines de milliers de km, alors qu’un moteur plus fragile nécessitera une vitesse plus modérée et des arrêts plus fréquents. Le moteur de la cogmobile n’est pas visible. Il s’agit de permettre au thérapeute de choisir de le mentionner ou non, en fonction du niveau intellectuel de la personne. Il sera mis en valeur chez les personnes ayant une intelligence fluide dans la norme et pourra être occulté en cas de déficience intellectuelle.

Dans une voiture, comme dans la cognition, tous les éléments sont dépendants les uns des autres. Ainsi, pour tourner, le volant seul ne suffit pas. Si la voiture est trop rapide, on aura beau tourner le volant, on risque de manquer le virage. Il convient pour pouvoir tourner de freiner, et de changer de vitesse, puis de tourner le volant. En ce sens, si un élément est défaillant (fragilité des freins) nous ne pourrons plus tourner efficacement. De même, le meilleur moteur du monde, ne sera pas utile si la voiture n’a pas de phares… Nous risquons de rater des informations et d’avoir un accident. Ces métaphores ont pour objectif d’illustrer l’indépendance des fonctions instrumentales de l’intelligence : avoir des difficultés cognitives ne signifie pas être déficient intellectuel.

Le coffre de la cogmobile

La cogmobile est pourvue d’un coffre, dans lequel chacun peut mettre les outils dont il/elle dispose pour améliorer les performances de sa voiture. Dans le coffre peuvent également se trouver des objets qui ralentissent la voiture. Les outils pourront être utilisés tout au long d’un suivi en remédiation, par exemple, la personne pourra remplir son coffre en fonction de ce qu’elle souhaite travailler durant la semaine etc…

La clé à fourche (ou clé à molette)

La clé symbolise la « réparation » de la voiture, par exemple grâce à la remédiation cognitive. Ainsi, lorsque la personne rencontre des difficultés sur sa route, elle peut chercher dans son coffre les outils qu’elle a développé en remédiation pour pouvoir continuer.

Le panneau de signalisation

Le panneau de signalisation représente le choix qui est donné à chacun de parler de ses difficultés cognitives. Sortir son panneau de signalisation peut permettre aux autres de faire plus attention aux difficultés de la personne et de s’adapter à minima à son fonctionnement. Le panneau peut également rester dans le coffre si la personne ne souhaite pas échanger sur ses difficultés.

Les poids

Les poids représentent à la fois ce qui peut freiner la voiture, comme l’histoire de la personne, l’appréhension des difficultés, le manque d’estime de soi. Mais ils sont représentés sous la forme d’altères, pour symboliser la force qu’ils peuvent également apporter à certains moments.

Les émotions positives

Le smiley souriant vise à représenter les émotions positives, qui généralement « boostent » la voiture, mais peuvent aussi entrainer une certaine désorganisation si elles sont trop intenses.

Les émotions négatives

Le smiley triste représente l’ensemble des émotions négatives qui peuvent ralentir notre voiture.

Encore une fois, il s’agira pour chaque thérapeute et chaque patient de s’approprier « sa » voiture. Les objets dans le coffre peuvent être détournés, créés par la personne, les émotions peuvent être mieux spécifiées en fonction des caractéristiques de chacun etc… Il est également possible de faire monter un passager, une personne ressource (par exemple, un(e) AVS pour les enfants)…

Sur le plan pratique

La cogmobile a été pensée pour assister les neuropsychologues, lors des restitutions de bilans pour des personnes présentant des difficultés à conceptualiser le fonctionnement cognitif, et/ou à comprendre le langage oral. Il revient bien évidemment à chaque thérapeute d’estimer la pertinence d’utiliser ou non cet outil.

Le fichier est conçu avec différents calques, permettant de mettre en valeur uniquement les fonctions pertinentes pour la restitution (e.g., ressources et points faibles). Avant d’imprimer votre fichier, vous devez sélectionner les fonctions que vous souhaitez voir apparaître. L’objectif étant de pouvoir s’adapter au niveau de compréhension de la personne et à son besoin de précision.

Télécharger les différents éléments de la Cogmobile

Pour pouvoir télécharger le fichier, vous devez obligatoirement entrer votre profession et cadre d’exercice. Ces informations nous servent à mieux comprendre à qui servent nos outils et à pouvoir nous adapter. En téléchargeant le fichier, vous vous engagez à l’utiliser uniquement dans un cadre soignant ou éducatif.