CONFiture maison, saison 4, épisode 15

Voici les thématiques de la semaine :

Actualité : On vous souhaite une bonne année 2022, des résolutions ?
Évasion : C’est l’heure de la récréation !
WTF : tournicoti tournicoton...

Thématique actualité, MFB

Objet : 1 résolution

Je me déterminé à perdre tous mes kilos en trop.

Je suis curieuse de voir ma transformation.

Je suis confiante et déterminée.

C’est parti....

Anatole et son compagnon, Vincent Riot-Sarcey

Thématique évasion, Lilian

Vivats.

Éclats.

Sang et désarroi.

Du sang partout, partout. Je ne vois plus, ou bien si peu à travers ce liquide rouge qui coule de mon arcade sourcillière.

Mais j’entends.

La rage et le désespoir, la haine et la cruauté.

La violence en somme. Et les rires. Ils rient joyeusement, et moi je les écoute.

Des rires grotesques et déplacés. Ceux dont on affuble le fort et solitaire quand on est le faible et le multiple. Cette vengeance, quêtée depuis la nuit des temps pour ôter la honte qui étreint le soir, quand la nuit tombe et qu’on mouche la bougie.

Le sol tremble. Et le grès des gradins s’étale sur ma peau, souille mes plaies et me désigne comme vaincu.

Moi, le fort et l’unique.

Moi, le porteur de Panache.

Eux, les faibles et nombreux.

Eux, les annihilateurs des Passions.

Ce goût… Du métal dans ma bouche ?

Vais-je mourir ainsi ? La gueule démantibulée par une lame grossière ?

Mais la lame est liquide, et son goût est celui de l’acier. Comparable à celui du sang.

J’entends ces lâches.

Je sens les fumets d’épices qu’ils crachent à la façon des dragons et des wyverns.

Je goûte l’Ambroisie, mon sang, celui qui leur plaît tant.

Et le grès qui m’étouffe.

Tout ça à la fois.

Et en même temps.

Le bruit clinquant de son glaive contre son umbo.

Sa sueur qui asperge mon corps à chacun de ses mouvements.

Le goût de son oreille à moitié arrachée lors de la lutte.

Son refus de me laisser crier.

Le gladiateur plongea sa lame dans la face déformée de son adversaire. Sang, cervelas, œil et mandibules giclèrent d’un commun accord, à la façon d’un bouquet final d’artificier.

Les hommes se levaient de leurs bancs, le regard hirsute, la mine hagarde, la raison étiolée.

Et tous sombrèrent dans une sanglante frénésie.

La récréation, Vincent Riot-Sarcey

Thématique évasion, Nabil Foudil

C’est l’heure de la récré.

La cloche vient de sonner.

Vite, ils rangent leurs affaires.

Je ne suis pas pressé.

Spectateurs de leurs jeux,

Petit naturaliste,

J’observe chaque mouvement.

J’en dresse alors la liste.

Et ensuite, je les mime.

Jouer à la bagarre,

Jouer à la marelle.

C’la a peu d’importance,

Je veux jouer avec elle.

Elle lance le caillou

D’un mouvement mesuré.

Je copie et m’applique

Comme pendant une dictée.

Elle attrape ma main,

Accompagne mon geste.

La chance du débutant.

J’en oublie tout le reste.

Et je saute à cloche-pied.

Une petite troupe m’observe.

Je redouble d’efforts,

Contemplez ma superbe.

À ce jeu, je suis fort.

Là-dessus, aucun doute.

Petit roi du préau,

De la marelle, somme toute.

Et comme récompense,

Son bisou, un bonbon.

Soudain, la cloche sonne.

Fin de récréation.

Sur un petit nuage,

Je peux alors rentrer.

Un petit bout de Ciel,

Comme l’enfance, sucré.

Lucie, Vincent Riot-Sarcey

Vivre, Vincent Riot-Sarcey