CONFiture Maison : Saison 2, Episode 8

Cette semaine, les participants ont été invités à créer autour de ces trois thématiques :
- Thématique corona : Pendant les fêtes de fin d’année, pour limiter la propagation du virus, les experts scientifiques préconisent de garder le masque… et éventuellement de faire les repas à l’extérieur. Manger avec un masque ou être gelé ? Racontez-nous ces repas !

- Thématique évasion : Cette année, des musiques vous ont fait vibrer, sourire, donner la pêche, réconforté, ont accompagné vos sourires, et vos coups de blues. Qu’elles soient récentes ou anciennes, partagez avec nous les chansons qui ont été votre bande originale de 2020 et dites nous pourquoi celles-ci vous ont marqué.

- Thématique WTF : "Noël, mon c...."

Découvrez leurs participations !

Mes musiques, mes compagnons de route, MFB


Bonjours à tous,

1 Ma musique préférée, et que j’écoute régulièrement, est la musique de la flûte de pan.
J’aime la douceur de cette musique. C’est apaisant. Il m’arrive d’aller à lyon, place bellecour, les samedis après-midi d’été ensoleillé, écouter le joueur de flûte de pan.

2 CD, boulevard des slows, titre « will you ».
J’aime beaucoup ce chant et cette musique de saxophone qui semble pleurer tout son chagrin.
Ca me rappelle une magnifique soirée au festival de jazz à vienne en 2017. Notamment un saxophoniste, Guillaume PERRET qui jouait à merveille, dans un milieu féerique où se mêlaient les étoiles puis le lever du soleil, un jour d’été.

3 KASSAV
J’aime écouté cette musique, elle me rappelle une belle soirée de jazz, très joyeuse, enthousiaste, où nous avions même danser avec les Kassav.

4 Denis ROUSSOS
J’aime sa voix tout simplement. Ca me rappelle une très belle soirée à la cathédrale de vienne où il avait chanté. J’étais à un mètre de lui, c’était touchant.

5 MORT SCHUMAN, JOE DASSIN, MICHELE TORR, ENRICO MACIAS
Ce sont des chanteurs qui me rappellent mon adolescence.

6 Et puis, je revisite mes classiques anglais, en mémoire à ma première professeur d’anglais, très belle, et, qui nous faisait apprendre l’anglais en chantant. Je garde le souvenir d’une personne qui apportait beaucoup de plaisir.

CAT STEVENS
SIMPLE MINDS
ELVIS
TINA

7 J’aime la musique tout simplement dont la partie de guitare dans HOTEL CALIFORNIA et, la musique de MIKE OLDFIELD et sa flûte.

La musique et les voix m’apportent beaucoup de plaisir et sont importants dans ma vie. MFB

Ma bande-originale de 2020, FK2020

Noël mon c..., Meles Meles

Un jour ordinaire, Audrey

Noël, mon cours de piano débute. Mon professeur n’aime pas cette tradition et je n’avais pas grand-chose à faire ce jour-là, donc ça nous convenait à tous les deux. Je le retrouve dans son studio, décoré pour l’occasion (il fallait au moins rester dans le thème), le piano prêt à être utilisé. J’aime imaginer que l’instrument attende impatiemment que de belles mélodies sortent de lui. Je prends ma place et commence à créer de la musique, des sons qui s’harmonisent pour dessiner un air beau et entraînant. Je vois que le professeur est touché par mon interprétation. Et maintenant, dans l’instant, un jour de Noël bien ordinaire, il décide de me raconter ses souvenirs de Noël, étant enfant :

24 décembre 1980, la veille de Noël, la famille Simon passe une bonne soirée. La mère, Séverine, a l’habitude de lire des livres avec une tasse de chocolat chaud, les enfants, David et Gabrielle, jouent à des jeux de société près de leur mère. Le père, Nicolas, est absent. Les deux enfants ne s’inquiètent même plus de sa disparition, ils ont bien longtemps deviné où il se trouvait. Ils jouent le jeu. Inquiets, ils cherchent où il pourrait se trouver. Ils abandonnent au bout d’une demi-heure, en faisant attention de ne pas trouver la vraie cachette. Chaque année, il change d’endroit. Ils informent leur mère qu’ils ont perdu la trace de leur père et qu’ils sont fatigués. Ce jeu est très épuisant pour eux. Ils filent dans leur lit et dorment jusqu’à ce que leur mère les réveille, une heure après. En général, David et Gabrielle se parlent entre eux, se racontent des blagues, se confient l’un et l’autre, tout sauf dormir. Ils sont trop excités pour ça. Elle leur annonce la venue d’une personne qui voudrait les saluer en plein milieu de la nuit. Ils descendent dans la salle-à-manger et se retrouvent en face du père Noël qui ressemble étrangement à leur vrai père. Ils ne lui font pas la remarque, sautent dans ses bras, lui donnent un verre de chocolat chaud et des gâteaux préparés par eux-mêmes et le raccompagnent dehors. Quelques temps après, leur père revient en prétendant avoir croisé le père Noël. Ils ouvrent les cadeaux ensemble, passent un moment en famille et retournent se coucher pour rêver du père Noël qui est leur père.

David se remémore avec nostalgie ces moments passés en famille. Il me dit qu’il est content de passer ce Noël avec moi à jouer d’un instrument qu’il affectionne tout particulièrement. Il me raconte que son père était un pianiste professionnel et qu’il jouait très souvent de cet instrument pour ses enfants. Sa passion a été transmise à son fils, qu’il aime autant que son père aimait. Que pour lui, c’est un lien qu’il a avec son père, un lien qui ne peut se briser, même après la mort. Une façon de garder le souvenir de son père avec lui. Et donc, on passe notre journée de Noël à jouer les morceaux de son père, l’immortalisant avec ces mélodies belles et entraînantes.

Mon repas imaginaire, Emmanuel

Pour les fêtes de noël, j’aurais aimé partager un tajine.
Nous aurions gardé une place à table pour en partager une part
Nous nous serions offert des cadeaux
Mais en ces temps de COVID-19 :
Les règles étaient drastiques, port du masque autant que possible, espace de précaution, groupe le plus restreint possible, aération du logement toutes les heures.
En arrivant le 25, la crèche était bien là, sous le sapin mais mince jésus n’était pas là. Ouf, on a retrouvé le santon et la fête a commencé.
Mon père est allé se promener un moment. Il faisait frais.
Ensuite, vinrent les cadeaux puis le repas composé de petites verrines en entrée, d’un morceau de canard à l’orange, et bien sûr d’une part de bûche.
Nous avons écouté quelques morceaux de musique choisis par chacun des convives (le tour était vite fait) sur un téléphone portable.
En conclusion :
La journée a été réussie, heureuse, et rythmée par les consignes et le couvre-feu de 20 heures.

Thématique évasion, Caligula

En cette pénible nuit d’insomnie (il est 4h26 du matin, le chat fait du bruit, je n’arrive pas à dormir…) Il est temps de faire un classement des albums sortis ces deux dernières années. Oui, le sujet ne mentionne que l’année 2020, mais il ne faudrait pas passer à côté de quelques pépites !

Année 2018 :
Outsider – Three Days Grace
Pour moi, il se classe numéro un de mes coups cœur de cette année. Année difficile, il a été une véritable lumière, un guide, une référence. C’est du metal, mais du metal doux (metal alternatif). On commence avec Right Left Wrong, petite introduction qui commence sur une montée vocale magnifique. Là on sait que ça va envoyer du lourd. Vraiment. Une phrase, une seule, et j’étais déjà dedans.
On dit toujours qu’il faut attendre le refrain avant de juger une chanson, le refrain de Right Left Wrong n’a fait que confirmer les attentes que j’ai pu avoir. De mémoire, ce titre a été le premier révélé de l’album, suivi quelques jours plus tard par The Mountain. Je me souviens du soir où j’ai écouté la chanson ; j’étais dans le salon, assise à la table, chez ma mère. A cette époque, je n’avais pas encore terminé mes études, et cet album m’a accompagné à chaque fois que je prenais la voiture.
Un petit mot sur The Mountain ; c’est un titre au style très différent de l’opening, un peu plus dynamique. On cherche à faire bouger le public et plus à l’émouvoir. La chanson 4 de l’album, Infra-Red est aussi dans le même esprit.
Enfin, si vous n’êtes toujours pas convaincu, comment évoquer Outsider sans parler du closing final The Abyss ? Cette chanson, cette œuvre, est incroyable. Autant Right Left Wrong donne tout dès la première note, autant The Abyss se réserve timidement pour le refrain, qui monte pour exploser à son apogée. Magique. La chanson commence sur un ton chargé, mais relativement égal. Le pré-refrain est une promesse, les instruments se taisent. Puis le plus beau.
Je recommande cet album à 1000%, je l’ai écouté pendant des heures, en boucle. On retrouve tous les goûts, il est parfaitement construit.


De la même année, qui se classe deuxième de mon top 5, Attention Attention de Shinedown. (metal alternatif)
Cet album m’a mise dans tous mes états ! De mémoire, les premiers titres révélés en avant-première étaient The Human Radio et Devil. J’ai écouté ces deux titres sur youtube, afin de décider si je prenais l’album ou non. Et là, j’ai été bien mitigée. Devil n’était pas mauvais, mais c’est une chanson qui tranchait radicalement avec les albums précédents du groupe. Pour me faire un deuxième avis, je suis allée écouter The Human Radio ; catastrophe, je n’ai pas vraiment aimé… Pourtant Shinedown était mon groupe préféré ! Mais il y avait cet effet voix sur les couplets qui me dérangeait ; je ne comprenais pas le choix de l’artiste, il a une voix magnifique alors pourquoi ?
J’ai quand même acheté l’album car je souhaitais en savoir plus. Quand je l’ai reçu, j’étais toute excitée ! Je l’ai écouté dans la voiture une première fois, en lecture aléatoire. Et malheureusement, ma seule pensée a été « merde, j’aime pas » … Mais cela me travaillait quand même, j’ai eu comme une intuition. Alors j’ai donné à l’album sa dernière chance, je l’ai écouté en entier, dans l’ordre.
L’intro, The Entrance, est à mon sens inutile. On comprend mieux sa fonction en regardant le clip officiel de Devil, le deuxième titre. Devil, quant à elle, n’est pas mauvaise, c’est juste que je ne savais pas si j’aimais ou non.
Début du troisième titre, Black Soul ; le couplet était mixé comme si c’était une vieille radio qui le diffusait. Ok, pas terrible. Mais souvenez-vous de la règle ! On ne juge une chanson que lorsque l’on a entendu le refrain ! Et ce refrain OMG ! Ca monte d’un coup, explosion vocale qui prouve une fois de plus que Brent Smith maîtrise son sujet. Et c’est à partir de ce moment que j’ai changé d’avis sur l’album !
Le quatrième titre, Attention Attention qui donne son nom à l’album, n’a fait que confirmer les impressions que j’avais eues sur Black Soul. Le vocal était impeccable, et les paroles fort sympathiques (pour une malade mentale, je trouvais cela très parlant !)
Bref, donnez sa chance à cet album !


En troisième place, je mettrais Damnation de Architects.
Cette chanson, je l’ai découverte sur un stream Pokémon. Quel rapport ? Le streamer était fan de metal et partageait ses playlists favorites avec son public.
Pas grand-chose à dire, c’est du metalcore donc le vocal est ce qu’il est. Mais le refrain est superbe, et e crois que je n’ai pas grand-chose de plus à dire, si ce n’est que lorsque j’avais le spotify premium, avec l’option « lire en boucle », je l’ai écoutée pendant des heures non stop.
En consultant google, je me rends compte que cette chanson est sortie aussi en 2018. Faut croire que c’était une bonne année ! Je ne connaissais pas ce groupe, et j’ai découvert également le titre Gravity, qui est moins sympa, mais plaisant tout de même.


Bon, un peu la flemme de refaire un argumentaire bien développé, mais mention spéciale pour le chanteur russe Sergey Lazaref, que j’ai découvert grâce à l’Eurovision 2019. Je ne vais pas en dire beaucoup car j’adore ses chansons mais elles me rappellent de pénibles souvenirs.
Je passe une tête également du côté de Florent Pagny (ma passion secrète, parce que vous comprenez, faut entretenir l’image du métalleux gros dur qui séquestre des gens dans la cave !) ; voix magnifiques et chansons à textes très parlantes, je retiens notamment N’importe Quoi, qui même si elle parle de drogue, me rappelle toutes les conneries que j’ai pu faire en me cachant derrière la maladie. D’ailleurs je vous conseille de filer écouter son nouveau duo avec Patrick Fiori J’y Vais (si belle cette chanson OMG !).
Un césar également à nos grands classiques pas de chez nous, je veux bien évidemment parler de Queen ! On retiendra le titre No One but You, toute dernière chanson du groupe avant leur pseudo séparation, qui rend hommage au maestro Freddie.
Une toute dernière recommandation qui n’a strictement rien à voir avec les précédentes : je suis fann des OST de jeux vidéo. Citons en vrac : Mario Bros et Mario Kart, Might and Magic (la version DS), Pokémon (la Rainbow Rocket est incroyable, et le thème de Peter de HGSS aussi), les OST de Haven, qui vient de sortir et que j’ai découvert sur un stream …
Voilà, j’écoute pas mal de choses finalement, mais ce sont quelques idées en vrac. Tout ne date pas de cette année, parce qu’honnêtement la musique que j’écoutais pendant le confinement me met mal à l’aise, donc j’ai plus envie de séquences nostalgie.
N’hésitez pas à faire quelques recherches par vous-même sur le metal, on s’accroche beaucoup aux clichés, mais il ne faut pas oublier que The Abyss (TDG) est du metal, et que Call Me (Shinedow) est chantée par des métalleux !
Oh si ! Petite note de fin et ensuite j’arrête ! Une anecdote sur Shinedown (super important !)
Ma pote m’avait filé pas mal de titres de Three Days Grace, et je m’écoutais tout ça tranquilllou dans le train entre chez mes parents et ma ville étudiante. Et puis à un moment commence un morceau de violoncelle, avec une voix différente. Je me suis dit direct « ah ça c’est pas TDG !)
Il s’agissait du morceau Not Strong Enough par Apocalyptica. Il font aussi du metal, mais instrumental, et ils invitent des chanteurs pour faire des collabs. Et donc là c’était Brent Smith !
Au départ j’ai pensé « ah ouais il a une voix sympa », mais j’imaginais pas trop sa tête, je l’imaginais noir et baraqué … Ben il est un peu baraqué mais pas du tout noir, tout faux ! Au passage, je signale que Not Strong Enough est une magnifique chanson, avec un vocal de folie (en même temps, il a deux octaves d’amplitude le mec).
Du coup je suis allé checker sur Google ce que faisait Brent Smith comme musique, et c’est comme ça que j’ai commencé à adorer Shinedown ! Fin de l’anecdote ! (ça devait être en 2016 ou 2017 je sais plus).

"Un masque pour Noël", Vincent Riot-Sarcey

Playlist thématique évasion, Florence

Sia - Chandelier

Sia - Courage To Change

NF - Let You Down

Lord Huron - The Night We Met

CHVRCHES - My Enemy ft. Matt Berninger

Bishop Briggs - Dark Side

Katie Garfield - Never Have I Ever

Billie Eilish - Therefore I Am

Billie Eilish - ilomilo

Billie Eilish - bury a friend

Billie Eilish - when the party’s Over

Billie Eilish, Khalid – lovely

League of Legends / Worlds 2018 - RISE Remix (ft. BOBBY (바비) of iKON)

League of Legends / Mondial 2019 - Phoenix (avec Cailin Russo et Chrissy Costanza)

League of Legends / Season 2019 Cinematic - Awaken (ft. Valerie Broussard)

League of Legends / K/DA - POP/STARS (ft. Madison Beer, (G)I-DLE, Jaira Burns)

League of Legends / True Damage - GIANTS (avec Becky G, Keke Palmer, SOYEON de (G)I-DLE, DUCKWRTH, Thutmose)

Punk Goes Pop 4 / Go Radio - "Rolling In The Deep" (Adele Cover)

Punk Goes 90s Vol. 2 / Hands Like Houses - Torn (Natalie Imbruglia Cover)

Patty Walkers / Frozen - Let It Go (Screamo Cover)

Black Veil Brides - In The End

Le repas de noël, Vincent Riot-Sarcey

Thématique évasion, Caligula

Jsuis metalleux, jsuis trop dark,
Quand ils me voient, les gens désertent les parcs,
Je brûle des gosses et je bois du sang,
Depuis toujours, je vénère Satan,
Jm’habille en noir, je suis déprimant,
Je porte des piercings, même sur les dents,
La tronche pleine maquillage ;
Les gens ne devinent jamais mon âge,
J’ai les cheveux longs, et le teint blafard,
Je m’trouve effrayant, j’ai cassé mon miroir,
J’ai peut-être pas des cornes sur le front,
N’empêche qu’en concert, je me donne à fond,

Une chanson, un film, pour un début, un devenir et pour une fin ; " A man without a star", Vincent Riot-Sarcey

Thématique évasion, Meido

Bilan 2020, la musique est toujours aussi présente. « Compagne de la joie, remède des douleurs » est inscrit en latin sur un clavecin peint par Vermeer, j’avoue être un peu trop fidèle à ce besoin de m’emplir l’ouïe. Gonfler le cœur de ces émotions partagées par l’universel, j’en suis addict. Bien que ce soit davantage une respiration que du cyanure en fumée. Je traverse et je suis traversée. À l’éveil, à la catharsis, l’épiphanie d’un refrain. De la soul à l’electro, du post rock au rap en passant par le classique, l’atmosphérique, ou la folk, je me shoote à tout ce qui s’exprime sans saturation. Le seul bémol, l’hypersensibilité ne me permet pas de jouir de sons saturés, certains mouvements m’agressent, me rendent carrément malade, certains territoires ne peuvent être affrontés.
Mais lorsque la corde sensible est sollicitée, je suis fascinée par cette capacité à traduire ce que nous ressentons au travers d’une langue que je n’ai pas besoin de comprendre, de codes dont je me fous. Diderot écrit « il n’y a pas un chagrin qu’une heure de lecture n’aura dissipé » pour moi, ce sont les musiques qui épanchent mes pensées pour laisser place au maintenant vivant.
124541 minutes d’écoutes selon Deezer cette année, et j’en rêve aussi, au matin un son toujours résonne au fond du tympan. Serait ce mortel ? Mes pauvres oreilles...
Nous sommes sans doute dans un temps où la musique n’a jamais été autant diffusée, je suis chanceuse d’avoir accès aux gnawas, à Arca, aux sons tibétains... mais trêve de parole, bonne écoute !

Playlist 2020+1. 21 songs to a weird trip.

On deezer
https://deezer.page.link/pFfpK7VbR83kCzEw9

celles qui m’ont fait vibrer, danser, sourire, saisir...

"Music is god my love" Chassol

"Wish you were gay" Billie Eilish

"Bad kingdom" May the muse, Robot Koch
https://youtu.be/FMemllFAw2o
(Reprise de Moderat, sortant d’un rinçage adoucissant, attention l’originale.. âmes ou yeux sensibles s’abstenir)

"You’re too precious" James Blake

"Orgoned" kiasmos

"Before the beginning" John Frusciante

"Good luck" Broken Bells

"Abyss" Fennesz, Ryuichi Sakamoto

"Shipwreck" Modeslektor, Thom York

"Closing my eyes" Fleetwood Mac

"Holy terrain" Fka Twigs, Future

"Sister" Caribou

"Hold on" SBTRKT (substract)

"Crimson skies" the Cinematic Orchestra et leur dernier album To Believe

"Loom" Olafur Arnalds, Bonobo

"Midnight melodic" Terranova

"Ataraxia" Jozef van wissem

"Lovers rock" tv girl

"Tuvan international" Huun huur tu
https://youtu.be/-_rx4hnZA5c