Prise en charge des patients souffrant de pathologies psychiatriques en situation de confinement à leur domicile

La Haute Autorité de santé a réuni un groupe d’experts pour la production de repères, pendant le confinement, à l’attention des professionnels sanitaires et médicosociaux qui accompagnent des personnes souffrant de troubles psychiatriques.

Ce document a été élaboré de façon collégiale entre la HAS, les référents des CNP, des sociétés savantes et des associations de malades.

L’ensemble du document est disponible ici

Ci-dessous l’essentiel sous forme de "réponses rapides"élaborées sur la base des connaissances disponibles à la date de publication de cet avis, le 2 avril 2020 et susceptibles d’évoluer en fonction de nouvelles données.

Réponse rapide n°1 : Maintenir et renforcer l’offre de soins ambulatoires en privilégiant le recours aux prises en charge à distance (vidéotransmission, à défaut par téléphone), tout en maintenant la possibilité de consultations en structures de prise en charge ambulatoire ou en cabinet libéral, de visites à domicile et d’activités individuelles.

Réponse rapide n°2 : Rester vigilant quant au suivi somatique (en incluant l’évaluation régulière d’éventuels symptômes COVID-19) et au contexte social et familial du patient.

Réponse rapide n°3 : Sensibiliser le patient et son entourage à la nécessité du maintien d’une hygiène de vie pendant le confinement, lui rappeler les règles de confinement et l’aider à les respecter.

Réponse rapide n°4 : Faciliter l’accès des patients à leurs traitements (renouvellement d’ordonnances, délivrance de médicaments, transports).

Réponse rapide n°5 : Assurer une permanence téléphonique pour les situations de détresse aigue au niveau des secteurs de psychiatrie et maintenir l’accès aux urgences psychiatriques.

Réponse rapide n°6 : Assurer une coordination/coopération renforcée, dans le cadre de la prévention de COVID-19 et des conséquences du confinement, entre les acteurs de la psychiatrie, les médecins traitants/médecins généralistes et les autres professionnels impliqués dans la prise en charge et l’accompagnement du patient (infirmiers libéraux, psychologues libéraux et professionnels des secteurs médico-social et social adultes et enfants).

Réponse rapide n°7 : Prendre en compte les spécificités des enfants et adolescents, des personnes âgées ainsi que des patients avec conduites addictives. Pour ces derniers, il convient de rester vigilant aux risques liés à un sevrage forcé.